Archives Mensuelles: septembre 2019

Lutte contre la criminalité faunique : 3 présumés trafiquants arrêtés, 4 pointes d’ivoires saisis à Banikoara

Quatre pointes d’ivoires d’éléphants dont deux grosses (coupées en deux) et deux petites pointes, le tout pesant 26,5 kg. C’est le produit illicite que trois présumés trafiquants ont tenté de commercialiser à Banikoara, une ville située dans le département de l’Alibori au nord du Benin.

Ils ont été surpris en flagrant délit par une équipe mixte composée des éléments du Parc W, ceux de l’inspection forestière, la police Républicaine de Kandi avec la collaboration technique du Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (AALF-Benin). De sources concordantes, cette arrestation qui a eu lieu dès les premières heures du vendredi 27 septembre 2019, vient à nouveau barrer la route aux individus qui menacent le patrimoine faunique de la sous-région, et confirme la volonté du gouvernement du Bénin à mettre hors d’état de nuire les ennemis de la faune.

Ces quatre pointes saisies sont synonymes de deux éléphants abattus. Or, l’éléphant est une espèce intégralement protégées et nul n’a le droit de détenir, de circuler et de commercialiser ses trophées. Au regard de la loi 2002-16 du 18 octobre 2004, ces présumés trafiquants dès que la justice va prouver leur culpabilité, vont payer une amende de 100.000F à 500.000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans. Les activistes ont toujours souhaité qu’il y ait « Tolérance Zéro » pour les crimes environnementaux. C’est sans doute le choix de la rupture qui attache du prix aux espèces intégralement protégées comme l’éléphant qui fait partie des cinq animaux sauvages les plus recherchés dans un parc. Il faut donc une application rigoureuse des lois environnementales pour décourager les trafiquants et valoriser les ressources naturelles des aires protégées.

Il est vivement souhaité que le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable et ses structures sous tutelle fassent un suivi particulier pour ce dossier afin que ces trois présumés trafiquants soient sévèrement punis.

Publicités

Décision du tribunal d’Aplahoué : Un trafiquant de peaux d’animaux condamné à 24 mois de prison ferme

Le tribunal de première instance de deuxième classe d’Aplahoué a rendu sa décision dans l’affaire du trafiquant arrêté à Azovè avec 57 peaux d’espèces protégées.

La décision rendue le jeudi 12 septembre 2019 condamne le trafiquant à vingt-quatre (24) mois d’emprisonnement fermes, à 500.000 frs d’amende et ordonne la confiscation des trophées saisis au profit de l’Inspection forestière du Mono-Couffo. Qu’il vous souvienne que ce trafiquant est tombé dans les mailles des forces de sécurité publique le mardi 30 juillet 2019 avec dix-sept (17) peaux d’espèces intégralement protégées et quarante (40) peaux d’espèces partiellement protégées. Or, selon les dispositions de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application, nul n’a le droit de détenir, de circuler, ou de commercialiser les trophées des espèces intégralement protégées. Ce trafiquant avait en sa possession 17 peaux de la catégorie des animaux intégralement protégés. Pour cette infraction, l’article 154 prévoit une amende de 300.000F à 800.000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans. Le tribunal d’Aplahoué a rendu une décision qui est bien en phase avec les dispositions de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004.

Retrouver jusqu’à 57 peaux d’animaux tués, est un massacre des espèces partiellement et intégralement protégées. Cette sanction est de nouveau un signal fort pour la protection de la biodiversité au Bénin. Le tribunal d’Aplahoué vient de donner la preuve de son engagement à prêter mains fortes à la lutte contre la criminalité faunique au Bénin. Cela ne peut que réconforter le gouvernement qui ne cesse de se battre pour la protection des espèces faunique. Le souhait est que les autres acteurs aussi continuent de jouer leur partition pour la sauvegarde du patrimoine faunique du Bénin et de la sous-région.