Archives Mensuelles: septembre 2018

Pour commerce illicite de trophées d’éléphants : un présumé trafiquant arrêté à Akpakpa avec 14 kg d’ivoires

L’éléphant est la toute première espèce inscrite à la catégorie A de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004, portant régime de la faune en République du Bénin. En effet, toutes les espèces de cette catégorie sont intégralement protégées. Elles ne peuvent faire objet de capture et d’abatage.

Nul n’a le droit de circuler avec leurs trophées. Et l’article 154 de cette loi n°2002-16 du 18 octobre 2004, punit quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Malgré ces dispositions, des individus tentent de commercialiser des trophées d’éléphants. Après investigations, avec la collaboration technique du programme Appui à l’Application des lois sur la Faune et la Flore (AALF-Bénin), une équipe conjointe de la Police Judiciaire et des éléments des eaux, forêts et chasse, a mis la main sur un individu en possession de deux défenses d’éléphants. C’était en début d’après-midi du mercredi 26 septembre 2018 à Akpakpa dans la ville de Cotonou. Les deux défenses pèsent 14 kg. Ces deux pointes, il faut le préciser équivalent à au moins un majestueux éléphant abattu. Ces ennemis de la faune ne sont pas sans savoir qu’ils portent atteinte à la biodiversité en tuant les éléphants à cause de leurs défenses. Il faut rappeler que la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), signée à Washington le 3 mars 1973, reconnait que la faune sauvage constitue un élément irremplaçable des systèmes naturels, qui doit être protégé. Il est donc important d’œuvrer pour la survie de ces espèces. Au niveau local, la loi sanctionne toute personne qui commercialise des trophées d’éléphants. Selon l’article 154 de la loi citée supra, ce présumé trafiquant risque une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans, dès que sa culpabilité sera prouvée. Le souhait est que le Ministère du Cadre de Vie et de Développement Durable et ses structures sous tutelles suivent ce dossier afin que les coupables dans cette affaire soient punis.

Publicités

Dernières arrestations dans la lutte contre la criminalité faunique : 14 trafiquants arrêtés pour commercialisation de défenses de 9 éléphants

Ils sont quatorze trafiquants à ne plus être libres de leur mouvement après leur implication dans le commerce illégal d’ivoires d’éléphants. Ces individus ont été mis aux arrêts par des équipes conjointes de la Police Républicaine et des forestiers dans trois localités du Bénin. Après de minutieuses investigations accompagnant le gouvernement dans la lutte contre la criminalité faunique, trois présumés trafiquants ont été arrêtés à Kandi en août dernier, onze trafiquants ont été appréhendés en juin 2018 dont six à Cotonou et cinq à Parakou. Tous ont été pris en flagrant délit de détention et commercialisation illégale des ivoires d’éléphants. La somme des pointes saisies pour ces trois arrestations fait un total de dix-huit (18) défenses, au moins neuf (9) éléphants abattus. L’actuel gouvernement étant décidé à protéger les pachydermes et autres espèces intégralement protégées, verrouille les circuits de transaction pour mettre hors d’état de nuire tous ceux qui portent atteinte à la vie des espèces que protège la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004, portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application.

Si pour la commercialisation des défenses d’au moins neuf éléphants, quatorze trafiquants sont arrêtés, il n’y a plus de doute que c’est des réseaux qui se forment pour massacrer les animaux sauvages et s’organisent pour la commercialisation illégale de leurs trophées. Le programme Appui à l’Application des lois sur la Faune et la Flore (AALF-Bénin), militant pour la survie des animaux sauvages, surtout ceux en voie de disparition et l’application de la règlementation en vigueur, continue de ne pas marchander sa collaboration afin d’accompagner le gouvernement pour que ces réseaux soient démantelés.

Sachant que l’article 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 sanctionne d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis, il y a de quoi se mettre aux trousses des trafiquants pour qu’ils répondent de leur forfait.