Archives Mensuelles: juin 2018

Lutte contre la criminalité faunique au Bénin : 5 présumés trafiquants appréhendés à Parakou avec 4 kg d’ivoires

Après Cotonou le lundi 11 juin, les forces de sécurité publique ont fait une nouvelle prouesse dans la lutte contre la criminalité faunique que le gouvernement a déclenchée.

En effet, dans la journée du mercredi 13 juin 2018, une équipe mixte de la Police Républicaine et des éléments des Eaux, Forêts et Chasse de l’inspection forestière de Parakou ont mis aux arrêts dans un motel dans la ville, cinq présumés trafiquants en possession de 2 pointes plus un morceau d’ivoires d’éléphants, équivalent à environ 4 kg. Cette arrestation qui est à l’actif du gouvernement avec l’appui technique du Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (AALF-BENIN), vient une fois encore montrer que le danger plane toujours sur les espèces menacées d’extinction. C’est un signal fort qu’il faut renforcer l’état de veille sur le terrain pour toujours barrer la route aux réseaux de trafiquants qui font feu de tout bois pour dépouiller le Bénin de son patrimoine faunique. Une chose est certaine, il y a des lois dont celle n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application, qui protège la faune. Des dispositions de cette loi énoncent clairement le sort qui attend toute personne prise en fragrant délit de commercialisation des trophées d’espèces intégralement protégées. Il faut le préciser, l’éléphant (Loxodonta Africana), est la toute première espèce de l’annexe 1, catégorie A des animaux intégralement protégées, de la loi citée supra. Et puisque ces présumés trafiquants ont été pris en fragrant délit de commercialisation, ils vont répondre devant la justice de leurs actes. Les articles 153, 154 et 166 de la loi portant régime de la faune au Bénin, prévoient la sanction que court toute personne reconnue coupable, et la justice saura à ce niveau jouer sa partition.

C’est encore le moment de lancer un appel aux acteurs de lutte pour que chacun puisse vraiment jouer son rôle et sans état d’âme pour que les individus qui détruisent la faune comprennent que c’est un patrimoine qu’il faut protéger.

Publicités

Pour trafic illicite de produits de faune : 6 présumés trafiquants arrêtés avec 4 pointes d’ivoires à Cotonou

Le gouvernement avec sa nouvelle stratégie de quadrillage du terrain est décidé à mettre hors d’état de nuire les trafiquants des produits de faune. C’est ce qui après investigations a conduit une équipe conjointe de la Police Judiciaire et de la Direction des Eaux et Forêts à mettre la main sur six présumés trafiquants à Cotonou, dans les encablures du commissariat central en début d’après-midi du lundi 11 juin 2018.

Ils ont été pris en fragrant délit de commercialisation de quatre défenses issues d’au moins deux éléphants abattus. Après irruption de l’équipe des forces de sécurité publique sur les lieux de la transaction, les ivoires saisis pèsent 6 kilogrammes. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, ses dérivés sont interdits de circulation et de commercialisation. Selon l’article 153 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin et de son texte d’application, « toute personne qui fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine, est punie d’une amende de 100 000 à 500 000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans ». L’article 154 de cette même loi réprimande d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Ces six présumés trafiquants tombent sous le coup des articles 153 et 154 et vont certainement subir les rigueurs de la loi. L’article 166 signale que les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions.

Le gouvernement œuvrant toujours pour la protection du patrimoine faunique béninois avec le soutien et l’appui technique du programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la flore (AALF-Bénin), vient encore par cette arrestation, montrer sa détermination à barrer la route aux destructeurs de la faune en vue de protéger les animaux sauvages menacés d’extinction. Il est vivement attendu que les autres structures impliquées dans la protection de la faune sauvage et dans l’application de la loi, retroussent aussi leurs manches et jouent leur partition. Car, il faut que ces présumés trafiquants soient bien châtiés dès que leurs culpabilités seront prouvées.