Lutte contre la criminalité faunique aux frontières béninoises : 3 présumés trafiquants dont un chinois arrêtés à l’aéroport de Cotonou avec 513 kg d’écailles de pangolins

Vingt-trois sacs d’écailles de pangolins, soit 513 kg ont été interceptés le lundi 19 mars 2018 au fret de l’aéroport de Cotonou. Ces sacs d’écailles appartiennent à trois présumés trafiquants dont un chinois.

Le coût de la cargaison en partance pour le Vietnam avoisine 500 millions FCFA sur le marché Asiatique. Les 513 kg d’écailles sont estimés à plus de 2000 pangolins massacrés dans la sous-région. Sachant que le pangolin est une espèce intégralement protégée par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin, ces présumés trafiquants ont des comptes à régler avec la justice. L’article 154 de la loi portant régime de faune punit d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. « Les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions », stipule l’article 166 de la même loi. C’est fort de cela que les présumés trafiquants ont été  présentés au Procureur de République le mercredi 21 mars 2018. Mais contre toutes attentes, les présumés trafiquants ont été simplement mis sous convocation après payement de cautions. Sachant que la rupture opte pour la « tolérance zéro » contre les crimes environnementaux au Bénin, il est vivement souhaité que ces présumés trafiquants impliqués dans le massacre de la faune soient punis conformément à la loi. Aussi, il faut que le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable fasse un suivi rigoureux de ce dossier pour la préservation du patrimoine faunique béninois et sous régional.

Il faut signaler que cette arrestation a été faite par la Cellule Aéroportuaire Anti Trafic (CAAT). La fermeté dans l’application de la loi est un facteur qui peut ragaillardir non seulement les éléments de CAAT, mais aussi les autres acteurs de la lutte contre la criminalité faunique à accentuer le contrôle. Il est à faire remarquer que par le passé, les produits passant par les bagages en fret par l’aéroport et par le port de Cotonou, sortant du pays ne bénéficiaient d’aucune attention de contrôle de la part des services compétents.

Le Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (AALF-BENIN) qui se bat pour la protection de la faune reste ouvert et ne peut aucunement marchander sa collaboration pour la protection des espèces menacées d’extinction dont le pangolin.

Qu’il vous souvienne que trois trafiquants ont été arrêtés à Cotonou en mai 2016 avec 70 kg d’écailles de Pangolins géants. Le tribunal de 1ère instance de Cotonou a condamné l’auteur principal de nationalité Guinéenne à 12 mois d’emprisonnement ferme. Comme ce trafiquant en 2016, les activistes lancent un appel à la justice pour que les présumés trafiquants arrêtés avec les 513 kg d’écailles de pangolins subissent aussi les rigueurs de la loi. Le Bénin en sortirait honorer et nos ressources naturelles participeraient au développement durable de l’Afrique.

Publicités

Publié le avril 5, 2018, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :