Archives Mensuelles: février 2018

Condamnés pour 48 et 40 mois de prison pour trafic de produits de faune : deux trafiquants d’ivoires libérés en appel après 6 mois de détention

Pensionnaires de la prison civile de Natitingou depuis le 18 août 2017, deux trafiquants de produits de faune sauvage devraient y séjourner pendant 4 ans et 3 ans 6 mois.

En effet, ils ont été pris en fragrant délit de commercialisation de quatorze (14) pointes d’ivoires le vendredi 11 août 2017 à Natitingou. Ces défenses, ils l’ont eu après avoir abattu 7 éléphants et peut-être plus, une espèce intégralement protégées par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Le délibéré de cette affaire a valu aux deux trafiquants quarante-huit (48) mois et quarante (40) mois d’emprisonnement ferme. Les deux inculpés ont été en plus solidairement condamnés à une amende de 400.000F CFA et au paiement à l’Etat béninois de la somme de trois millions (3.000.000) de francs CFA à titre de dommages-intérêts. Celui qui a écopé de 48 mois de prison est un récidiviste. Il est par conséquent coutumier des faits. Le bon sens veut que des individus de son acabit subissent les rigueurs de la loi pour la sauvegarde des espèces menacées d’extinction.

En appel, ces deux trafiquants ont été condamnés le mardi 13 février 2018 à six (06) mois d’emprisonnement ferme, et solidairement à un million (1000.000) F CFA d’amende par la Cour d’Appel de Parakou. Or, l’alinéa 2 de l’article 158 de la loi citée plus tôt stipule que « les peines d’amende et d’emprisonnement normalement encourues sont portées au double lorsque l’infraction est commise dans une aire protégée ou aux dépens d’un animal intégralement protégé ».

Là où le bât blesse est qu’il n’est pas exclu que le récidiviste une fois en liberté, renoue avec ses vieilles pratiques pour alimenter son réseau. En matière de lutte contre la criminalité faunique, la sensibilisation répressive doit être de mise pour dissuader les auteurs des crimes fauniques. Pendant que le gouvernement brave monts et marées pour mobiliser les ressources afin de protéger les animaux sauvages, il urge que tous les acteurs jouent leur partition pour que la lutte contre la criminalité faunique n’est pas de plomb dans l’aile.

En 2016, la célébration de la journée Mondiale de l’Environnement a eu pour thème « tolérance zéro contre le commerce illégal de la vie sauvage ». Ban Ki-moon, l’ex Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies invitait la communauté internationale à se rendre compte que l’heure est grave parce que les éléphants sont massacrés. C’est encore le moment de rappeler que ces messages ont leurs sens et constituent pour tous les acteurs de lutte contre les crimes fauniques, une invite pour qu’aucune clémence ne soit accordée aux trafiquants.

Publicités

Rebondissement dans l’affaire de trafic de quatre pointes à Parakou : en appel, la Cour allège la peine de 4 trafiquants d’ivoires

Ils ont été condamnés le mardi 18 avril 2017 par le tribunal de Parakou à 12 mois d’emprisonnement ferme, à 300.000 francs CFA d’amendes chacun et quinze millions cinq cent mille (15.500.000) francs CFA de dommages et intérêts à payer solidairement. Il s’agit des quatre trafiquants inculpés dans l’affaire de commercialisation de 14 kg d’ivoires, l’équivalent de quatre défenses d’éléphants, interpelés à Parakou le mardi 28 mars 2017.

Ces trafiquants ont vu alléger leur peine en appel le mardi 13 février 2018. La Cour a condamné ces ennemis de la faune qui ont abattu deux éléphants à dix (10) mois d’emprisonnement ferme et à 50.000F CFA d’amende chacun. Par cette décision, la Cour leur a fait grâce de deux mois de peine privative et leur a considérablement diminué le montant à payer dans les caisses de l’Etat pour avoir détruit le patrimoine faunique du pays. Il faut rappeler que ces trafiquants étaient détenus le 05 avril 2017 et peuvent retrouver la liberté dans les heures à suivre.

L’article 154 punit d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Puisque ces trafiquants ont été pris en flagrant délit, la loi doit leur être appliquée. Certes, ils ont fait plus de six mois derrière les barreaux, le souhait serait que la Cour confirme la décision du tribunal pour les contraindre à purger entièrement leur peine et à payer non seulement les amendes mais aussi les dommages et intérêts afin de la amener à comprendre que ces animaux sauvages sont protégés par des lois nationales et internationales et sont à sauvegarder.

C’est encore le moment de rappeler que seule la sensibilisation répressive avec une application rigoureuse peut amener ceux qui sont quotidiennement aux trousses des animaux sauvages menacés d’extinction à comprendre que c’est un   patrimoine national et que chacun doit jouer sa partition pour la survie de ces espèces.