Archives Mensuelles: octobre 2016

Lutte contre la criminalité faunique : trois présumés trafiquants d’ivoire dans les filets des commissariats d’Aplahoué et d’Azovè

img-20161027-wa0059Les trafiquants de produits de faune, spécifiquement d’ivoire sont en difficulté ces derniers temps. Pour le seul mois d’octobre, c’est la 3ème arrestation qui vient d’avoir lieu dans le département du Couffo, précisément à Aplahoué.

C’est une opération qui a permis aux éléments des commissariats d’Aplahoué et d’Azovè de mettre aux arrêts trois présumés trafiquants dont un togolais avec 2 kg d’ivoire. Si après ceux arrêtés à l’étoile rouge et à Kandi, respectivement le 03 et le 22 octobre 2016, trois autres viennent d’être interpelés, cela témoigne des menaces qui pèsent sur la survie des éléphants dans les parcs du Bénin et ceux des pays limitrophes. Ces 2 kg proviennent certainement d’un éléphant abattu au Togo. Une chose est certaine, le commerce de l’ivoire est illégal et est puni par la loi n°2002-16 du 18 Octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Puisque ces trafiquants sont en conflit avec la loi, ils seront présentés aux procureurs et auront l’occasion de mieux s’expliquer devant le juge. Pour avoir transporté et voulu échanger ces 2 kg d’ivoire contre de l’argent, les articles 153 et 154 prévoient les sanctions qu’ils encourent. Ils risquent de payer une amende entre 100.000 F et 800.000 F et un emprisonnement entre 3 mois et 5 ans.

Le gouvernement de la rupture à travers les autorités du ministère du cadre de vie, le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, avec l’appui technique du programme:  »Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore (AALF-BENIN), vient une fois encore de prouver sa bonne foi parlant de la lutte contre la criminalité faunique au Bénin. Ces trafiquants seront devant la justice. Il faut que cette institution joue vraiment son rôle par une décision dissuasive pour décourager les individus mal intentionnés qui s’adonnent au braconnage, un acte qui dépeuple les parcs et qui est à décourager.

Publicités

Lutte contre la criminalité faunique : deux trafiquants d’ivoire interpelés à kandi

kandi-trafiquants-ivoireSale temps pour les trafiquants d’ivoire au Bénin. Après l’arrestation de trois trafiquants avec 12,3kg d’ivoire à Cotonou dans la zone de l’étoile rouge le 3 octobre 2016, ils sont deux à tomber à nouveau dans les mailles des éléments de brigade territoriale de Kandi en étroite collaboration avec la Direction du parc W. Ils avaient sur eux 3,2kg d’ivoire. Ces pointes d’un éléphanteau abattu sans état d’âme.

Ces deux trafiquants ont été mis aux arrêts le samedi 22 octobre dernier à Kandi proche du parc W. Au regard de la loi n°2002-16 du 18 Octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin, ces trafiquants sont en infraction. Car cette loi interdit le trafic des trophées et de dépouilles d’animaux intégralement protégés. Selon les articles 153 de cette même loi, ces trafiquants pourraient être punis d’une amende de 100 000 à 500 000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans. L’article 154 prévoit le payement d’une amende de 300 000 à 800 000 F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans. Ces trafiquants ont été présentés au procureur et  ils répondront de leurs actes et subir la rigueur de la loi.

L’attestation de ces deux trafiquants vient donner encore la preuve que le gouvernement de la République du Bénin, avec l’appui technique du programme:  »Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore (AALF-BENIN), a accentué la lutte contre la criminalité faunique pour la préservation des ressources naturelles.

Il est vivement souhaité que la justice accompagne la lutte que mène le gouvernement pour que les réserves de faune ne deviennent un désert d’animaux sauvages.

Si la journée Mondiale de l’environnement a été célébrée le dimanche 5 juin 2016 sous le thème « Tolérance zéro contre le commerce illégal de la vie sauvage » ; et que l’UICN à son Congrès Mondiale en septembre 2016, à travers la résolution n°007, encourage en urgence la fermeture des marchés intérieurs pour l’ivoire d’éléphant, on peut alors espérer que les trafiquants d’ivoires seront punis avec la dernière rigueur.

Lutte contre la criminalité faunique : trois trafiquants arrêtés avec 12,3 kg d’ivoire à Cotonou

trafiquants-etoileTrois trafiquants d’ivoire sont tombés dans les mailles de la police. En effet, ils ont été arrêtés le lundi 03 octobre 2016 dans un hôtel dans la zone de l’étoile rouge à Cotonou avec plus de trois (3) pointes d’ivoire provenant de nos parcs nationaux du nord du pays.

La vigilance des éléments de la brigade criminelle de la Direction Centrale de la Police Judiciaire a permis de mettre la main sur ces trafiquants au moment où ils s’apprêtaient à échanger les 12,3 kilogrammes d’ivoire contre environ 2 millions de F CFA, soit près de 170.000FCFA le kilogramme. Avec leur butin illégalement obtenu, c’est trois éléphants qui ont été abattus. Tous béninois de nationalité, leur arrestation a été faite avec le soutien technique du programme d’Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore. Pour avoir détenu et vouloir commercialiser ces défenses d’éléphants, ces trois trafiquants doivent être punis selon la loi n°2002-16 du 18 Octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Selon le deuxième alinéa de l’article 153 de cette loi, « est puni d’une amende de 100 000 à 500 000F et/ou d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans quiconque fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine ». Le quatrième alinéa de l’article 154 de cette loi, puni d’une amende de 300 000 à 800 000 F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Ces hommes arrêtés étant en infraction, la justice au regard des dispositions de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin, saura jouer sa partition à travers des décisions dissuasives pour que cesse les crimes contre les animaux sauvages au Bénin. L’application de la loi est une manière pour la justice de renforcer les actions du gouvernement qui prend des mesures pour lutter contre le braconnage et sécuriser les parcs nationaux.

Les actions que mène le gouvernement entrent dans le cadre du respect strict de la résolution n°007 du congrès de l’UICN tenu à Hawaï du 1er au 10 septembre 2016. Cette résolution encourage en urgence la fermeture des marchés intérieurs pour l’ivoire d’éléphant. Ce qui motive davantage tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la criminalité faunique à resserrer les rangs pour la survie des éléphants.